JAJA SOLO aka SOLAXID – Interview : La Techno Libre #02

Présentation et interview d’un artiste underground : « une autre écoute sur la techno qui nous entoure »…


jajaacid

Nom d’artisteJAJA SOLO aka SOLAXID

Sound systemTRIPSYKORE

Labels : Physical Records / Acid Cirkus / Tripsykore Records / Dolma Rec / Nutempo Records / Music From Exo-Planet / Elektek Recordings / Arrêt d’urgence Records / Sextoy Records

Styles : Techno / Acid

BPM128 – 145 bpm


Technographie :

Parfois, aux détours d’une free party, tiré du brouillard in-extremis avant le lever du soleil, il arrive de découvrir un artiste en direct live et de prendre son set en pleine face, sans vraiment y être préparé. Se retrouver très vite déconcerté par cette nouvelle découverte, jusqu’à en perdre pied et ne pas prendre le temps de se renseigner, voire pire, oublier qui a bien pu produire ces vibrations !

Dans d’autres cas, il arrive d’être assis confortablement dans un salon, entre amis, à écouter de la musique, souvent techno, à travers un brouhaha plus ou moins régulier. D’un coup une sonorité parvient, tant bien que mal, jusqu’au tympan. En découle une réaction en chaîne assez rapide : “He, c’est de qui ce son ?!” Ouf, ton pote est très bien au courant et te souffle fièrement, mais sûrement à l’oreille : “C’est Jaja Solo”.

Après cette petite introduction narrative, mettons le moteur en route et débutons ce deuxième numéro de La Techno Libre sur votre site Mouvances Libres. JAJA SOLO aka SOLAXID est un dj et un producteur depuis maintenant une quinzaine d’années issu du sound system TRIPSYKORE, actif dans les années 2000. Nous allons faire un bref retour sur sa discographie, sans trop nous étaler, afin que vous puissiez profiter au maximum de l’interview, un peu plus détaillée que dans le précédent article (voir La Techno Libre #01).

jajasolo

Jaja Solo live act

jajasolo2

Tripsykore vs Antidote (04.09.04)

Repéré par Astrofonik, Jaja Solo se retrouve à produire deux vinyles en 2006 et 2007 sur le label intitulé comme son collectif, Tripsykore Records. Plus rapide, plus rythmée, Jaja propose une hard techno affirmée et acidifiée. En 2008, s’ensuit rapidement une production avec Pzylo, créateur du label Acid Cirkus basé en Bretagne, toujours dans cette mouvance tekno, oscillant entre les 145 et 160 bpm.

En 2010 il apparaît consécutivement sur les labels Nutempo Records et Sextoy Records, ainsi que sur Elektek Recordings en 2011, où il propose une techno plus lente, minimaliste et profonde aux alentours des 130 bpm. C’est cette même année où Jaja produit son premier vinyle pour le label Physical Records, ainsi que différentes releases telles que Majestic12, ou le remix de la track Beat Generator de Mid Wooder disponibles en numérique sur différentes plate-formes.

Aujourd’hui, Jaja se produit aussi sous le nom de Sølaxid, avec lequel il signe récemment plusieurs EP chez Dolma Records, avec notamment le morceau The Last Escape. Je vous laisse descendre quelques lignes plus bas afin qu’il vous en parle lui-même ! Laissez vous ainsi entrainer dans les entrailles d’une techno obscure et cinglante, guidés par Sølaxid et le grain acid psychédélique de sa TB 303.


Musique :

Jaja Solo – Groom Lake (Unreleased)

Jaja Solo – Live Set

Sølaxid – The Last Escape (Dolma Records) – Extrait –


Interview :

– Salut Jaja ! Pour débuter, peux-tu nous faire un retour rapide sur tes premières expériences dans le monde des free parties, et plus particulièrement avec ton sound system Tripsykore ?

“Bonjour et merci pour l’invitation ! J’ai découvert le monde des free parties en 1996 avec le sound system Furious, invité par des amis à poser vers chez moi. S’en est suivit énormément de soirées dans de nombreux endroits, en allant de la trance goa jusqu’au hardcore (Gaïa Concept, D-mention, Freaks Party, etc…), sans oublier les free marnaises (Darak, Psykate, etc…).

Tripsykore était une bande de potes, on s’est bien entendu avec eux et on a décidé de fusionner afin d’organiser nos propres soirées dans le Nord Est de la France. Cela devait être en 99/2000. Notre première fête de mémoire devait être sous le pont d’une voie ferré au milieu des bois. Dur d’expliquer le lundi à la gendarmerie, un anniversaire de 800 personnes ! Le public fût satisfait, nous aussi et on a enchainé au fil des années en agrandissant petit à petit le sound system.”

tripsykore

– Parles nous de tes influences musicales électroniques… Est-il possible que tu nous fasses également une rapide présentation de ton setup ?

“J’ai écouté pas mal de trance goa / acid trance dans les débuts (Total Eclipse / Hallucinogen). Ensuite est venue la techno avec les bombes sorties sur Primate Records, Subsounds, Drumcode, etc… Ce son spécifique des années 90’ m’a vraiment marqué et ne m’a plus jamais quitté. Le bpm était beaucoup plus marqué que de nos jours et c’était ce son brut et hypnotique qui me plaisait… Ensuite j’ai joué un son plus dur pendant pas mal d’année, la hard techno, avant de revenir à mes premiers amours.

Côté setup, j’ai quelques synthés analogique (SE-1X, Elektron Analog 4, Roland TB 303), un 6U modulaire et un Virus TI entre autre… Ca me motive de tourner de vrais boutons, le tout orchestré par Ableton et divers VST. J’alterne l’utilisation des machines selon mes envies de création. La recherche sonore est la partie que j’affectionne, beaucoup plus que le séquençage et la mise en forme.”

– On peut aisément catégoriser la plupart de tes compositions dans les styles techno, dark techno, parfois minimale et 303% acid ! Mais quels sont les trois adjectifs qui décriraient au mieux ton ambiance si particulière ?

“C’est compliqué de décrire sa musique… Mais je dirais  mélodique, hypnotique et acidifiée ! J’ai toujours eu un faible pour le son acid et j’ai sorti quelques vinyles sur ce thème justement. Comme je l’ai mentionné, j’ai beaucoup d’influences acid trance combinées à l’amour de la techno, ce qui donne un mélange pas toujours évident à mettre en musique et il est ultra compliqué de proposer de telles fusions aux labels… Je pense que mon track Aurora Borealis est un bon exemple pour illustrer tout ça.”

Jaja Solo  – Aurora Borealis (Unreleased)

– Que représente pour toi Physical Records, label de techno underground incontournable produit par Mik Izif et Mid Wooder ?

“Mik & Seb sont des personnes que j’apprécie beaucoup, même si on ne se voit que très rarement. C’est toujours un plaisir de collaborer avec eux et de pouvoir sortir des EP en vinyle et en format digital. Mon premier track qui leur ont donné envie de me produire est  Scream, sur le Physical 04.”

– Tu as longtemps été connu sous le pseudonyme “Jaja Solo”. Explique nous la, ou les raisons, de ce changement avec “Sølaxid” en 2015…

“En fait “Jaja Solo“ n’est pas vraiment mort, mais je reviens vraiment à une techno plus épurée avec d’autres textures sonores, plus cohérentes… Ce qui ne correspondait plus du tout au style de Jaja Solo. J’ai donc créé un alias pour ce type de sonorités, beaucoup plus hypnotiques et surtout avec moins de mélanges d’influences… Je serais donc amené à produire sous ces 2 alias, selon l’orientation de mes productions musicales. Mais pour l’instant  : 100% focus sur Sølaxid !”

jajalabel

Exo 01 / Acid Cirkus Logo / Physical Records 04

– Tes dernières compositions sont sorties en digital sur Dolma Records, où tu signes 2 EP, avec notamment D.A.V.E. The Drummer qui remixe ton morceau Locked Door. Ta prochaine release, quant à elle, sort en vinyle sur le nouveau label Music From Exo-Planet… Peux-tu nous en parler davantage ?

“Oui, je suis content d’avoir rejoint l’écurie de Dolma Rec, un label français solide et incontournable. Dolby D  est vraiment pro et sérieux, j’espère collaborer de nouveau avec eux (ndlr : l’équipe du label)  bientôt… J’y travaille actuellement.

Pour le label Music From Exo-Planet,  c’est le bébé de Mik Izif. Ca fait un moment que c’était prévu et je suis ravi de faire parti de la team Exo également.
Je sors donc un EP de 4 tracks techno, qui sortira dans les mois à venir. Les tests pressing arrivent bientôt… Hé oui ! le vinyle c’est beaucoup moins rapide qu’une release mp3, mais je remercie Mik de garder le côté authentique et conservateur, malgré le coût de fabrication du  vinyle et du mastering.
Un nouvel Acid Cirkus peut être un jour qui sait… Pzylo, si tu me lis !”.


Vidéo :

Trackerz / Sono Pirate Unit / No System : Poulp up the volume (23-24-25/07/2011)


Liens utiles :

Jaja Solo : Soundcloud / Beatport
Solaxid : Beatport / Facebook

Wanderer.

Article : JAJA SOLO aka SOLAXID - Interview : La Techno Libre #02

Réalisation : Wanderer

Visuel : Wanderer

Interview : Wanderer / Jaja Solo aka Solaxid

Photos : Jaja Solo, Les 12 apôtres, Bass Expression, Discogs

Vidéo : Jaja Solo, tintin6tem

Musiques : Jaja Solo, Solaxid
Mouvances Libres

Publicités

Votre avis sur cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s